Accueil > Blog > Tendances du marché > Voici un aperçu des données sur les ventes de logements en juillet au Canada

Voici un aperçu des données sur les ventes de logements en juillet au Canada

22 août 2020

Résumé :

  • Les ventes de logements ont à nouveau bondi, ce qui est un autre signe du vigoureux rebond du Canada dans la foulée du confinement attribuable à la COVID-19.
  • Les nouvelles inscriptions ont connu en 2020 leur meilleur mois de juillet dans les annales.
  • Les ventes de logements existants ont atteint leur plus haut, tous mois confondus, toujours d’après les annales.
  • Les achats de logements au Canada ont gagné 26 %, alors que les nouvelles inscriptions ont inscrit un solide gain de 7,6 %.
  • Le ratio ventes/nouvelles inscriptions s’est établi à 73.9% (en chiffres désaisonnalisés) : il s’agit d’un sommet depuis 2002, ce qui fait basculer la demande en faveur des vendeurs.
  • L’indice composé des prix des propriété (IPP) MLS a monté de 7,4 %.

 

Ventes :

  • Dans les plus grandes agglomérations canadiennes, les ventes ont tendanciellement inscrit leur plus fortes hausses.
  • Les volumes d’achats ont progressé de plus de 40 % à Toronto comme à Vancouver.
  • Avec un gain de 39 % à Montréal.
  • À Ottawa, dans certains villes du Sud de la Colombie-Britannique et dans la région du Grand Golden Horseshoe (GGH), les ventes ont aussi comptabilisé de solides gains.
  • Les achats ont également monté en Saskatchewan et en Alberta, mais à un rythme plus modéré.

 

Croissance des prix :

  • L’IPP a inscrit des gains dans la plupart des agglomérations, surtout dans les grandes régions métropolitaines.
  • La plupart des villes du GGH ont continué de comptabiliser des hausses de prix supérieures à 10 % sur un an.
  • À Ottawa (+ 18 % sur un an), Montréal (+ 14 % sur un an) et Moncton (+ 12 % sur un an), les prix des logements ont inscrit une croissance record.

 

Répercussions :

  • On s’attendait à de solides gains, puisque la plupart des régions ont amorcé la dernière étape du déconfinement en juillet, dans la foulée des premières statistiques publiées par les chambres immobilières locales; toutefois la vigueur du rebond continue d’étonner.
  • D’un océan à l’autre, les ventes de logements et les nouvelles inscriptions ont dépassé les niveaux atteints avant le virus; les achats, vigoureux, s’inscrivent désormais à 17 % de plus qu’il y a cinq mois.
  • Les effets du durcissement des conditions du crédit hypothécaire adoptées par la SCHL le 1er juillet pourraient finalement peser sur la demande hypothécaire, même si on n’en relève guère le signe jusqu’à maintenant.
  • Les mauvaises nouvelles potentielles annoncées auparavant pour les perspectives continuent d’exercer tous leurs effets. Il s’agit entre autres d’une deuxième vague du virus, de la léthargie chronique de la croissance de la population et des risques liés au calendrier de l’annulation des report des paiements hypothécaires et des impôts et taxes. Tous ces facteurs pourraient ralentir les gains soutenus du marché du logement, ainsi que la reprise de l’économie canadienne dans l’ensemble.
Retrouvez ici le contenu original
Partager

Sophie Shao Mei Ou

Courtier immobilier agréé DA

514 898-6088